Prochain James Bond

Je viens de voir ce matin sur les Champs Elysées, la projection de presse de Quantum of Solace, le prochain film de James Bond qui sortira en salles le 31 octobre.
Quantum of Solace

C'est du très bon 007! Grande première dans la saga bondienne, nous reprenons dès les premières secondes du film l'intrigue là où s'était arrêté le précédent, Casino Royale. Le spectateur est ainsi emporté dans l'enquête qui se révèle délicate tant les connexions entre les "méchants" et le services secrets britanniques et américains sont multiples, contradictoires et à double tranchants. Il apparaît bien que Le Chiffre (ennemi mis en échec par Bond dans Casino Royale) n'était que l'un des nombreux rouages d'une organisation aussi dangereuse qu'indétectable et insoupçonnable. James Bond (Daniel Craig) va en faire les frais et devra la jouer en solo une bonne partie du film ne pouvant se fier à personne. A la fois pourchassé par la CIA, devant agir sans les autorisations du MI-6, tout en échappant aux tueurs de cette organisation, 007 va combattre Dominic Greene (interprété part l'excellent acteur français Matthieu Amalric), un dirigeant d'une OMG "Greene Planet" qui semble être l'une des têtes à couper de cette hydre géante.
Outre le cocktail détonnant de cascades (qui réussissent la pari de rester réalistes tout en nous coupant le souffle) ce sont les différentes facettes des personnages qui m'ont une nouvelle fois séduit dans ce nouvel opus. Forts du succès de Casino Royale, qui avait misé sur un retour à zéro avec un nouvel acteur et le postulat de partir de la toute première mission de l'agent 007 au risque de déplaire aux millions de fans, les producteurs ont continué dans leur lancée avec une suite qui ne peut qu'être suivie à son tour par un troisième film intimement lié aux deux précédents. Car 007 et M (toujours interprétée par Judi Dench) sont encore loin d'avoir résolu toute l'affaire et un certain M. XXXXX court toujours (mais je ne vais pas tout vous raconter non plus). Bond est bien décidé à se venger de la mort de Vesper, mais rassurez-vous malgré son lifting XXIe siècle, James reste James Bond, agent secret au service secret de sa Majesté et redoutable séducteur qui sait manier l'humour aussi bien que son automatique. Tous les ingrédients classiques sont présents, luxe, belles voitures (j'ai mal pour sa nouvelle Aston Martin) et jolies femmes. Seuls les gadgets sont réduits à leur plus simples expression sous forme de logiciels ahurissants installés sur ordinateurs Vaio ou téléphones mobiles Sony Ericsson (production Sony oblige).

Je tiens à ajouter concernant la projection en elle-même que comme d'habitude il a fallu passer à la fouille et laisser au vestiaire tout appareil susceptible d'enregistrer le son et la vidéo (téléphone, mobile, iPod, ordinateur portable) avant d'accéder à la salle de l'UGC Normandie. Il s'agit là d'une procédure classique de sécurité lors d'avant-première afin d'éviter tout "piratage" que j'ai toujours autant de mal à supporter. Effectivement ce n'est pas en suspectant les journalistes de vouloir copier en cachette un film sur grand écran que l'on va sérieusement lutter contre le téléchargement illégal. Surtout que tout le monde sait très bien que les copies circulent déjà sur le net avant la projection et que ces fuites viennent des labos par lesquels transitent les bobines... Enfin si cela donne à certains l'illusion de faire quelque chose...

Liens directs
Abonnez-vous gratuitement à mes réseaux sociaux, newsletter et chaîne YouTube